Deux ans après avoir autoproduit un premier album (Petites Apocalypses), NOEM revient à la charge avec un deuxième opus, Le grand mensonge, en affirmant pleinement son univers fragile et puissant. Révélant des sonorités qui s’enracinent quelque part entre le folk, le rock et l’électro, la musique de NOEM est un savant mélange de poésie et d’intensité, de douceur et de rage intérieure. Sur des textes d’une beauté sombre et singulière, servis par une voix capable de rugir comme de murmurer, NOEM livre sa marchandise dans une musique aussi noire que lumineuse où l’on reste accroché volontiers.